Appel à l’action – Adoptons le principe de Joyce ! Call to Action – Adopt Joyce’s Principle!

[english below]

Appel à l’action – Adoptons le principe de Joyce !
Contre le racisme systémique et la violence envers les femmes autochtones
En solidarité avec la communauté de Manawan et la Nation Atikamekw

*******************************************************
Nous lançons un appel à l’action afin de faire adopter le principe de Joyce par nos institutions de soins, d’enseignement et de travail.
En cette journée nationale d’action contre la violence faite aux femmes, soyons solidaires de la lutte des femmes autochtones.
Voir plus bas pour des outils d’action.
*******************************************************

Contexte :
Le 28 septembre 2020, la vie de Joyce Echaquan est arrachée à ses enfants, à sa famille et à sa communauté dans des circonstances horribles de violence médicale. Dans les jours qui ont suivi, des milliers de personnes se sont mobilisées pour réclamer justice pour Joyce et dénoncer le racisme systémique anti-Autochtone.

Nous avons publié cette lettre ouverte, signée par vous : plus de 450 personnes oeuvrant dans le système de soins.

Après une consultation publique, un mémoire a été présenté par le Conseil des Atikamekw de Manawan et le Conseil de la Nation Atikamekw demandant au gouvernement d’adopter le « principe de Joyce ». Le gouvernement Legault a refusé de le faire, notamment parce qu’il s’obstine à nier le caractère systémique du racisme.

Aujourd’hui, nous lançons un appel à l’action afin de faire adopter le principe de Joyce par nos institutions de soins, d’enseignement et de travail. En cette journée nationale d’action contre la violence faite aux femmes, soyons solidaires de la lutte des femmes autochtones.

Pourquoi ?
Parce qu’il faut mettre fin au racisme systémique et à la violence faite aux femmes autochtones. Nous avons écrit des lettres et signé des pétitions, maintenant il faut passer à l’action et soutenir la communauté de Joyce Echaquan dans sa lutte pour la justice.

Dans les mots de Carol Dubé, conjoint de Joyce Echaquan : « Je souhaite que les gouvernements du Québec et du Canada adoptent le Principe de Joyce afin que ce terrible évènement ne soit pas survenu en vain, que sa voix sonne le début de réels changements pour tous les Autochtones afin que plus jamais personne ne soit victime de racisme systémique ».

Qui?
Si vous êtes infirmière, étudiante ou chercheur dans le domaine de la santé, médecin, psychologue, professeure, travailleur social, préposée aux bénéficiaires, organisateur communautaire, acupuncteur etc., vous pouvez encourager votre clinique, CIUSSS, faculté, hôpital, organisme, syndicat, ordre professionnel à adopter le principe de Joyce et de mener des actions concrètes pour mettre fin au racisme systémique.

Quoi?

Le Principe de Joyce vise à garantir à tous les Autochtones un droit d’accès équitable, sans aucune discrimination, à tous les services sociaux et de santé, ainsi que le droit de jouir du meilleur état possible de santé physique, mentale, émotionnelle et spirituelle.

Le Principe de Joyce requiert obligatoirement la reconnaissance et le respect des savoirs et connaissances traditionnelles et vivantes des autochtones en matière de santé.

Le gouvernement du Québec doit reconnaitre le droit à l’autonomie et à l’autodétermination des peuples autochtones en matière de santé et services sociaux.

Le mémoire est disponible ici.

Vous trouverez plusieurs exemples concrets dans le mémoire. Par exemple :
I. Les organisations de santé et des services sociaux doivent mettre en place toutes les mesures nécessaires à la sécurisation culturelle des Autochtones
II. Les établissements d’enseignement liés aux domaines de la santé et des services sociaux doivent décoloniser les contenus de cours et des modalités d’enseignement sur l’ensemble de son curriculum incluant la formation continue

Comment?

Selon le contexte, votre organisation peut mettre en place les mesures mises en avant dans le contexte du principe de Joyce.

Par exemple, les médecins et IPS des CLSC de Beauharnois et Valleyfield ont adopté à l’unanimité une résolution dénonçant le racisme systémique et soutenant le principe de Joyce.

Si votre organisation adopte le principe de Joyce, laissez-nous savoir. En étant un large nombre d’organisations et d’institutions dans le milieu de la santé qui adoptent le principe de Joyce, nous témoignerons de notre pouvoir collectif et exhorterons le gouvernement à lutter contre le racisme systémique.

Mettons fin au racisme systémique et à la violence faite aux femmes autochtones ! Adoptons le principe de Joyce !

Solidairement,

Collectif Soignons la Justice Sociale
www.soignonslajusticesociale.ca
Facebook: soignonslajusticesociale
Twitter: @CollectifSJS
Instagram: @soignonslajusticesociale

—–

Call to Action – Adopt Joyce’s Principle!
Against systemic racism and violence against Indigenous women
Solidarity with the community of Manawan and the Atikamekw Nation

*******************************************************
We are sending out a call to action to adopt Joyce’s Principle in our institutions of care, education and work.
On this national day of action against violence against women, let’s stand in solidarity with the struggle of Indigenous women.
See below for resources.
*******************************************************

Context:
On September 28, 2020, Joyce Echaquan’s life was from under horrific circumstances of medical violence, leaving her children, family and community to mourn her death.

In the days that followed, thousands of people came together to demand justice for Joyce and speak out against systemic anti-Indigenous racism.

We published this open letter, signed by you: more than 450 people working in the healthcare system.

After a public consultation, a report was presented by the Conseil des Atikamekw de Manawan and the Conseil de la Nation Atikamekw calling on the government to adopt “Joyce’s Principle”. The Legault government refused to do so and persists in denying the systemic nature of racism.

Today, we are sending out a call to action to adopt Joyce’s Principle in our institutions of care, education and work. On this national day of action against violence against women, let’s stand in solidarity with the struggle of Indigenous women.

Why?
Because we must end systemic racism and violence against Indigenous women. We wrote letters and signed petitions, now it’s time to take action and support the community of Joyce Echaquan in their fight for justice.

In the words of Carol Dubé, Joyce Echaquan’s partner: “I hope that the governments of Quebec and Canada will adopt Joyce’s Principle to ensure that this terrible event will not have happened in vain and that her voice marks the beginning of real change for all Indigenous people so that no one is ever the victim of systemic racism again “. [NB: this is our translation – see original in French above]

Who?
If you are a nurse, student or researcher in healthcare, physician, psychologist, professor, social worker, PAB, community organizer, acupuncturist, etc., you can encourage your clinic, CIUSSS, faculty, hospital, organization, union, professional order to adopt Joyce’s principle and to take concrete action to end systemic racism.

What?
Joyce’s Principle aims to guarantee for all Indigenous people the right to equitable access, without any discrimination, to all social and health services, as well as the right to enjoy the best possible standard of physical, mental, emotional and spiritual health.

Joyce’s Principle necessarily requires recognition and respect for traditional and living knowledge of Indigenous people in matters of health.

The Quebec government must recognize Indigenous Peoples right to autonomy and self-determination in healthcare and social services.

The report is available here.
You will find several concrete examples in the report. For example:
I. Health and social services organizations must put in place all the necessary measures to ensure cultural safety for Indigenous peoples;
II. Educational establishments in the areas of health and social services must decolonize course content and teaching methods across its entire curriculum, including continuing education

How?
Depending on the context, your organization can implement several measures put forward by Joyce’s Principle.

For example, the physicians and the SNP at the CLSCs of Beauharnois and Valleyfield unanimously adopted a resolution denouncing systemic racism, and supporting Joyce’s Principle.

If your organization adopts Joyce’s Principle, let us know! As a large number of organizations and healthcare institutions endorse Joyce’s Principle, we will show our collective power and push the government to end systemic racism.

Let’s End Systemic Racism and Violence Against Indigenous Women! Let’s adopt Joyce’s Principle!

In solidarity,

The Caring for Social Justice Collective
www.soignonslajusticesociale.ca/
Facebook: soignonslajusticesociale
Twitter: @CollectifSJS
Instagram: @soignonslajusticesociale

Le racisme systémique a tué Joyce Echaquan

Le racisme systémique a tué Joyce Echaquan

Pour consulter l’article publié dans la Presse: https://www.lapresse.ca/debats/opinions/2020-10-03/le-racisme-systemique-a-tue-joyce-echaquan.php

Plus tôt cette semaine, Joyce Echaquan, une femme Atikamekw de la communauté de Manawan, a enregistré une vidéo exposant la violence raciste et sexiste dont elle a été victime en tant que femme autochtone à l’Hôpital de Joliette. Elle est décédée quelques moments plus tard. Elle avait 37 ans et laisse toute une communauté en deuil. Nous ne devons jamais oublier son nom.

Ce n’est pas la première fois qu’une histoire aussi horrible fait la une des journaux. En 2016, Kimberly Gloade, une femme Mi’kmaq vivant à Montréal, est décédée quelques semaines après s’être vu refuser des soins d’urgence au Centre universitaire de santé McGill parce qu’elle n’avait pas sa carte RAMQ. En 2008, Brian Sinclair, un homme Anishnaabe vivant à Winnipeg, a été «ignoré jusqu’à la mort» dans la salle d’attente de l’urgence du Health Sciences Center. Pourtant, pour toutes les histoires qui font les premières pages des journaux, il y en a des milliers d’autres qui restent dans le silence.

Les personnes autochtones dans les salles d’urgence sont physiquement contentionnées alors que des patients non-autochtones seraient rassurés; on leur refuse des analgésiques parce qu’on présume qu’elles sont «à la recherche de drogues»; elles sont contraintes d’interrompre une grossesse ou de subir une ligature des trompes; elles sont qualifiées de « non collaborantes » (compliant) aux traitements prescrits ou aux rendez-vous de suivi alors que des enjeux structurels – tels que le manque de services de santé dans ou à proximité des communautés autochtones, les barrières linguistiques et culturelles etc – les empêchent d’obtenir les soins dont elles ont besoin.

Celles et ceux d’entre nous qui travaillons dans le domaine de la santé savent très bien que ce que Joyce Echaquan a subi n’était pas un incident isolé. Le racisme systémique contre les personnes autochtones n’est pas seulement endémique au sein du système de santé, il est normalisé et perpétué à travers le « curriculum caché », un ensemble informel de normes culturelles et de comportements faisant en sorte que les nouvelles générations de soignantEs intègrent un schème de pensée raciste.

C’est le résultat d’un colonialisme médical enraciné de longue date, où les prestataires de soins de santé, des médecins souvent au premier plan, ont joué un rôle déterminant dans le projet colonial: des pensionnats autochtones aux « hôpitaux d’Indiens »; des évacuations massives de tuberculose aux programmes de stérilisation forcée ; des expérimentations nutritionnelles aux procédures chirurgicales abusives. Pour les communautés Atikamekw de la région de la Haute-Mauricie au Québec, notamment Manawan, il y a une plus longue histoire de pratiques médicales génocidaires à l’hôpital de Joliette: selon un reportage de l’émission Enquête en 2017, pas une seule famille de ces communautés n’a été épargnée par l’horreur d’un enfant disparu dans le système médical au cours des années 1960 et 1970.

Il y a exactement un an, la Commission Viens a publié son rapport final. Bon nombre de ses 142 recommandations s’appliquent au secteur des soins de santé, incluant l’adoption de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, qui garantirait le droit des Autochtones « d’accéder sans aucune discrimination à tous les services sociaux et de santé ». La Commission royale sur les peuples autochtones (1996), la Commission vérité et réconciliation (2015), l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées (2019), entre autres, ont émis un nombre important de recommandations, dont plusieurs spécifiques au système de santé et au contexte québécois.

Plusieurs appels ces derniers jours exigent une enquête, et l’une des infirmières qui a crié des insultes racistes à Joyce Echaquan a été licenciée. Mais ce qui est profondément nécessaire n’est pas un rapport de plus. Bien que les individus doivent être imputables de leurs actions, se limiter aux quelques «pommes pourries» ne permettra pas de résoudre les problèmes structurels.

Le déni du premier ministre François Legault de l’existence du racisme systémique au Québec ne tient pas seulement de la pensée magique; il permet à la discrimination de persister. Nous ne pouvons plus débattre de l’existence du racisme systémique. Non seulement il existe, mais il est mortel. Nous devons agir maintenant pour y mettre un terme. Sans des actions immédiates, des vies autochtones vont continuer à être enlevées.

Nazila Bettache est interniste et professeure adjointe à la Faculté de médecine de l’Université de Montréal. Samir Shaheen-Hussain est urgentiste pédiatrique, professeur adjoint à la faculté de médecine de l’université McGill et auteur du livre Fighting for a Hand to Hold: Confronting Medical Colonialism against Indigenous Children in Canada. Les deux sont membres du collectif Soignons la justice sociale.

—–
English version
See first appearance in The Gazette article: https://montrealgazette.com/opinion/opinion-joyce-echaquans-treatment-wasnt-an-isolated-incident

Systemic racism killed Joyce Echaquan

Earlier this week, Joyce Echaquan, an Atikamekw woman from Manawan, took a video that exposed the brutal, racist and sexist violence she was subjected to as an Indigenous woman at Joliette hospital. She died moments later. Echaquan was 37 years old and leaves an entire community in mourning. We must never forget her name.

This isn’t the first time such a horrific story of medical violence has made headlines. In 2016, Kimberly Gloade, a Mi’kmaq woman living in Montreal, died weeks after effectively being refused emergency care at the McGill University Health Centre because she did not have her RAMQ card. In 2008, Brian Sinclair, an Anishnaabe man living in Winnipeg, was “ignored to death” while in the waiting room of the emergency department at the Health Sciences Centre there. Yet, for all the stories that make headlines, there are thousands of others that don’t.

Indigenous people are physically restrained when many non-Indigenous patients would be reassured; they are refused pain medication because they’re considered to be “drug seeking”; they are coerced into terminating a pregnancy or having a tubal ligation; they are dismissed as being “non compliant” with prescribed treatments or as “no shows” to follow up appointments when structural issues — lack of health-care resources in or near Indigenous communities, language and cultural barriers — prevent them from getting the care they need.

Those of us working in health care know very well that what Echaquan went through was not an isolated incident. Systemic racism against Indigenous people is not simply endemic within the health-care system, it is normalized and perpetuated through the hidden curriculum, an informal set of cultural norms and behaviors ensuring that new generations of healthcare providers are trained to integrate discriminatory modes of thinking.

This is the product of deep-rooted and long-standing medical colonialism, where health-care providers, with physicians often leading the charge, have been instrumental in the colonial project: from residential schools to Indian hospitals; mass tuberculosis evacuations to forced sterilization programs; nutritional experiments to abusive surgical procedures. For Atikamekw communities in Quebec’s Upper Mauricie region, including Manawan, there is a longer history of genocidal medical practices at the hospital in Joliette: according to an Enquête investigation in 2017, not a single family from these communities was spared from the pain of a child disappeared into the medical system during the 1960s and 1970s.

Exactly a year ago, the Viens commission released its final report. Many of its 142 recommendations apply to the healthcare sector, including the adoption of the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples, which would guarantee the right for Indigenous people to “access, without any discrimination, to all social and health services”. The Royal Commission on Aboriginal Peoples (1996), the Truth and Reconciliation Commission (2015), the National Inquiry into Missing and Murdered Indigenous Women and Girls (2019), among others, have also issued a significant number of recommendations, many specific to health care and to the Quebec context.

There have been many calls over the past few days for an investigation, and one of the nurses who yelled racist slurs has been fired. But what is deeply needed is not more reports. While individuals must be held accountable for their actions, singling out “bad apples” will not resolve structural issues.

Premier François Legault’s denial of the existence of systemic racism in Quebec is not only magical thinking; it allows discrimination to thrive. We can no longer debate about whether systemic racism exists; not only does it exist, but it kills. We need to act now to put an end to it. Otherwise, Indigenous lives will continue to be stolen.

Nazila Bettache is an internist and assistant professor in the Faculty of Medicine at Université de Montréal. Samir Shaheen-Hussain is a pediatric emergency physician, assistant professor in the Faculty of Medicine at McGill University and author of Fighting for a Hand to Hold: Confronting Medical Colonialism against Indigenous Children in Canada.
Both are members of the Caring for Social Justice Collective.

 

Signataires (mise à jour le dimanche 5 novembre 20h – 452)

Abbey Mahon, infirmière clinicienne (Montréal)

Ahmad Nehme, médecin résident en neurologie, Université de Montréal (Montréal)

Aisling O’Gorman, pédiatre (Montréal)

Alberto Luna, Médecin (Montréal)

Alexandre Deslauriers St-Jean, MSc. Inf., IPSPL (Manawan)

Alexandra Dionisopoulos, Résident en pédiatrie (Montréal)

Alexandre Magdzinski, Inf. Clin, MSc(A), VP l’Association québécois des infirmières et infirmiers (Montréal)

Ali Alias, étudiant en médecine (Montréal)

Alice Dudemaine, étudiante en médecine Université de Montréal (Montréal)

Aman Verma, épidémiologiste (Montréal)

Amanda Cervantes, infirmière, directrice adjointe de Programme BScN, école des sciences infirmières Ingram, université McGill (Montréal)

Amanda Levitt, étudiante de Maîtrise en Sciences Infirmières (MScN(A) DE-QY), Université McGill (Montreal)

Amélie Guilbault, médecin résidente en psychiatrie, Université de Montréal (Montréal)

Amélie Langlois Béliveau, résidente en psychiatrie, Université de Montréal (Montréal)

Amélie Tchabo Fosso, infirmière clinicienne (Montréal)

Amélie Wagner, médecin de famille (Montréal)

Amina Bougrine, Dermatologue, Université de Montréal (Montréal)

Amy Ma, membre du Comité des usagers du Centre Universitaire de santé McGill (Montréal)

Andréa Gauvreau, Résidente en médecine interne (Montréal)

André Lametti, médecin résident (Montréal)

Andrea Figueroa, infirmière clinicienne, intervenante de proximité au site d’injection supervisé de Cactus (Montréal)

Andréanne Bourgeois-Dumas, infirmière clinicienne (Kuujjuaq)

Andréane Duguay-Grenier, Résidente (Sherbrooke)

Andréanne Plante, Résidente en médecine interne (Montréal)

Andy Pelletier-Laliberté, infirmier praticien spécialisé en première ligne, Clinique santé des réfugiés, intervenant pivot en interculturel (Québec)

Ann Isabelle Grégoire, médecin de famille (Montréal)

Ann Ross Robinson, infirmière chercheure (Montréal)

Anna De Pauw, médecin de famille (Montréal)

Anne-Claire Pâquet-De Varennes, pédiatre, CMES du CHU de Québec (Québec)

Anne-Frédérick McKenzie, résidente en médecine familiale (Shawinigan)

Anne-Marie Gallant, ancienne infirmière, intervenante communautaire (Montréal)

Anne-Marie Eloïse Goyette, pédiatre (Montréal)

Anne-Sara Briand, médecin-résident en santé publique, Université de Montréal (Montréal)

Anne-Sophie Lê, étudiante de médecine à l’Université de Montréal (Montréal)

Anne-Sophie Thommeret-Carrière, médecin, professeure adjointe de clinique, Université de Montréal (Montréal)

Annie Brasseur, Médecin de famille (Montréal)

Annie Gagné, étudiante en médecine, Université de Sherbrooke (Sherbrooke)

Annie Janvier, pédiatre, éthicienne clinique, Université de Montréal (Montréal)

Annie C. Lajoie, médecin et moniteur clinique de pneumologie, Centre Universitaire de Santé McGill (Montréal)

Annie Leblond de Brumath, psychologue (Boucherville)

Annie Li, médecin (Montréal)

Ariane Veilleux Carpentier, Résidente en neurologie (Montréal)

Arielle Levy, Pédiatre urgentiste, Hôpital Saint-Justine (Montréal)

Arnold Aberman, médecin (Beauharnois)

Ashley Wazana, psychiatre pédiatrique (Montréal)

Athena Ko, étudiante en médecine, université McGill (Montréal)

Audrey Beaulieu, Infirmière conseillère en immunisation, Conseil Cri de la Santé et des Services Sociaux de la Baie James (Montréal)

Audrey-Ann Bissonnette Clermont, B.Sc.Infirmières (Montréal)

Audrey Lacasse, Résidente au tronc commun de médecine interne (Montréal)

Aurélie Baïlon-Poujol, infirmière clinicienne (Kuujjuaq)

Aurélie Chapdelaine, médecin à l’Hôpital Notre-Dame (Montréal)

Aurélie Heurtebize, Conseillère en maladies infectieuses à la Direction de santé publique du Nunavik (Québec)

Baijayanta Mukhopadhyay, médecin omnipraticien (Waskaganish, Eeyou Istchee et Tio’tia :ke/Montréal)

Barbara Aberman, organisme communautaire en SSS (Valleyfield)

Béatrice Berjot , Infirmière Clinicienne en GMF-U (Châteauguay)

Béatrice Paradis, étudiante en médecine (Montréal)

Belinda Jiao, étudiante en médecine (Québec)

Benjamin Green, Étudiant en médecine (Montréal)

Benjamin Smith, médecin, Centre universitaire de santé McGill (Montréal)

Benoît Fournier, médecin de famille (Montréal)

Bich-Han Nguyen, médecin physiatre, Institut de Réadaptation Gingras-Lindsay (Montréal)

Bita Mary Eslami, travailleuse sociale (Montréal)

Brenda Epoo, sage-femme, Inuulitsivik Health Centre (Inukjuak)

Brian Nichol, spécialiste en toxicomanie, CIUSSS Centre-ouest-de-l’île-de-Montréal (Montréal)

Bronwen Agnew, sage-femme (Montréal)

Caitlin Wong, étudiante en soins infirmiers (Montréal)

Camille Duranceau, Résidente en pédiatrie, CUSM (Montréal)

Camille Heyen-Dubé, infirmière au CHU Sainte-Justine (Montréal)

Camille Normandin, étudiante en médecine, Université de Montréal (Montréal)

Camille Paradis, résidente en psychiatrie (Montréal)

Camille Pelletier Vernooy, résidente en médecine interne (Montréal)

Camille Tourigny, Étudiante en médecine ( Trois-Rivières)

Carl Majdalani, Résident en médecine physique et réadaptation, Université de Montréal, (Montréal)

Caroline Blais, Intervenante sociale, Médecins du Monde (Montréal)

Caroline Braën, candidate à la maîtrise en santé publique, Université de Montréal (Montréal)

Caroline Dufour, assistante clinicienne infirmière chef à l’urgence Gatineau et administratrice de l’Association québécoise des infirmières et infirmiers (Gatineau)

Caroline St-Pierre, urgentologue et médecin de famille (Québec)

Casiana Zamfir , infirmière clinicienne (Montréal)

Catherine Delisle L’Heureux, Étudiante en médecine, université de Montréal (Montréal)

Catherine Habel, infirmière praticienne spécialisée en soins de première ligne (Montréal)

Catherine Ethier, psychologue, Médecins du Monde Canada (Montréal)

Catherine Jarvis, médecin de famille (Montréal)

Catherine-Anne Miller, infirmière, chargée d’enseignement Université McGill (Montréal)

Catherine Maranda, médecin résident en psychiatrie (Montréal)

Catherine Raynauld, thérapeute en réadaptation physique (Sherbrooke)

Catherine Sarrasin, médecin au CSTU (Kuujjuaq)

Catherine Verreault, médecin en santé publique et médecine préventive (Montréal)

Cécile Rousseau, Professeure Université McGill, MD (Montréal)

Chantal Gervais, médecin de famille (Montréal)

Chantal Gravel, psychologue (Montréal)

Chantal Perpête, infirmière à la retraite (Montréal)

Charlotte Gauthier, médecin résidente en psychiatrie (Montréal)

Charlotte Perret, médecin de famille (Kuujjuaq)

Chelsea Ash, résidente en hématologie et oncologie pédiatrique (Montréal)

Chi-Minh Phi, Pédiatre (Montréal)

Chiraz Chaalala, neurochirurgienne, CHUM (Montréal)
Christian Desmarais, psychiatre (Montréal)

Christina Greenfield, étudiante en médecine, Université de Montréal (Montréal)

Christina Nguyen, résidente en dermatologie (Montréal)

Christine Ouellette, médecin (Montréal)

Christophe Tra, résident en psychiatrie, Université de Montréal (Montréal)

Claire Élise Burdet, médecin au Centre de Santé Tulattavik de l’Ungava et médecin conseil en maladies infectieuses à la Direction de santé publique du Nunavik (Kuujjuaq)

Claudia Renaud, Cardiologue pédiatrique (Montréal)

Claudia Woronko, épidémiologiste, étudiante en soins infirmiers, Université McGill (Montréal)

Clement Bélanger Bishinga, étudiant en médecine à l’Université McGill (Montréal)

Cloé Larouche Menella, psychiatre en pédopsychiatrie, hôpital Honoré Mercier (Saint Hyacinthe)

Colleen Fuller, médecin de famille et spécialiste en santé publique (Kahnawà:ke)

Constanza Testart Aguirre, résidente en psychiatrie, Université de Montréal (Montréal)

Cynthia Rossi, infirmière clinicienne, CHU Saint-Justine, étudiante infirmière praticienne spécialisée en néonatalogie, Université McGill (Montréal)

Dao Nguyen, MD, MSc, FRCPC, Médecin, CUSM (Montréal)

Damien Le Flem, Physiothérapeute (Mistissini)

David Béchard, Médecin (Montréal)

David Bélanger, résident en médecine interne générale, Université McGill (Montréal)

David Brasseur, Médecin résident en psychiatrie, Université de Sherbrooke (Sherbrooke)

David Dannenbaum, Médecin de famille (Montréal)

David Khalil, Médecin-résident (Sherbrooke)

David-Martin Milot, président Médecins du Monde Canada, médecin spécialiste en santé publique et médecine préventive (Montréal)

Denis Francis infirmier au Centre universitaire de santé McGill, programme de tuberculose (Montréal)

Derek Fehr, Médecin résident, Université McGill (Montréal)

Dominique Belisle, psychiatre, professeure de clinique, Université Laval (Québec)

Don Nguyen, résident en médecine physique et réadaptation, Université de Montréal (Montréal)

Elisabeth Chouinard, enseignante et infirmière clinicienne, Cégep Limoilou (Québec)

Elise Belanger-Desjardins, médecin de famille à Salluit (Nunavik)

Élise Girouard-Chantal, étudiante en médecine, Université McGill (Montréal)

Élise Labossière, résidente en médecine familiale (Châteauguay)

Elyse Leconte, infirmière clinicienne en toxicomanie (Montréal)

Elizabeth Higgins, infirmière clinicienne (Montréal)

Elizabeth Robinson, médecin en santé publique (Montréal)

Emilie Guay, Montréal, Médecin résidente en psychiatrie. Université McGill (Montréal)

Émélie L. Aubin, médecin de famille (Châteauguay)

Émilie Harnois, étudiante en médecine (Québec)

Emilie Hudson, infirmière et étudiante au doctorat en sciences infirmières, Université McGill (Montréal)

Emilie Lizotte-Chin, infirmière clinicienne (Montréal)

Emilie Pham, Infirmière (Montréal)

Emma Glaser, médecin résident (Montréal)

Eric Jarvis, M.D., Psychiatre (Montréal)

Eric Lee, médecin (Chisasibi, QC)

Eva Soos-Kapusy, Urgentiste pédiatrique, Hôpital de Montréal pour enfants Centre universitaire de santé McGill (Montréal)

Eve Blanchette, conseillère en maladies infectieuses (Québec)

Eveline Gaillardetz, omnipraticienne soins domicile CLSC Verdun, urgences Hôpital de Verdun (Montréal)

Esli Osmanlliu, urgentologue pédiatrique, Hôpital de Montréal pour Enfants (Montréal)

Érica da Silva Miranda, biologiste, doctorante, École de santé publique de l’Université de Montréal (Montréal)

Faiz Ahmad Khan, médecin, Hôpital Royal Victoria (Montréal)

Federico Roncarolo, médecin et chercheur, Université de Montréal (Montréal)

Fernanda Luz, chef de service CHSLD Argyll (Sherbrooke)

Fhameeda Adam, médecin de famille (Waswanipi)

Fiona Ainsworth, étudiante maîtrise en soins infirmiers, Université McGill (Montréal)

Fiona Lucas, infirmière clinicienne (Sherbrooke)

Florence Tiffou, membre Collectif Soignons la justice sociale (Montréal)

Francesca Robinson, étudiante au baccalauréat en science infirmière, université McGill (Montréal)

Francine N Morin, Médecin, CHU Sainte Justine (Montréal)
Francisca Chalifoux, Gérontopsychiatre (Sherbrooke)

Franco Carnevale, consultant en éthique, Hôpital de Montréal pour enfants, université McGill (Montréal)

François-Pierre Marcoux, étudiants en médecine à l’Université de Montréal (Trois-Rivières)

Françoise Filion, infirmière et professeure adjointe, co-directrice RISMA McGill, école des sciences infirmières Ingram (Montréal)

Frédérique Nadeau-Marcotte, psychiatre (Rimouski)

Gabriel Dion Médecin résident en médecine interne, Université de Montréal (Montréal)

Gabriel Tremblay, résident en médecine interne, Université de Sherbrooke (Sherbrooke)

Gabrielle Demers, étudiante en soins infirmiers (Québec)

Gabrielle Godin, résidente en pédiatrie (Montréal)

Gaël Chetaille, étudiant en médecine, Université Laval (Québec)

Garud Iyengar, médecin de famille (Nemaska)

Geneviève Bois ᒋᓂᕕᔦᕝ ᐴᐙ, médecine, professeure adjointe de clinique, Université de Montréal (Whapmagoostui, Eeyou Itschee)

Geneviève Bouthillier, psychiatre (Montréal)

Geneviève Brooks Legault, médecin de famille en GMF (Montréal)

Genevieve Côté, médecin d’urgence (Québec)

Geneviève Groulx, infirmière clinicienne et candidate à la maîtrise en santé publique (Montréal)

Geneviève McCready, infirmière et professeure en sciences infirmières, UQAR (Rimouski)
Ghizlane Moussaoui, étudiante en médecine (Montréal)

Gillian Morantz, Pédiatre, Université McGill (Montréal)

Glenda Sandy, infirmière conseillère à la Direction de santé publique du Nunavik (Québec)

Guy Van Vliet, médecin, Hôpital Sainte-Justine (Montréal)

Guido Powell, épidémiologiste (Montréal)

Hamila Hagh-Doust, étudiante en médecine (Montréal)

Hannah Beattie, Médecin de famille (Montréal)

Helen Hudson, candidate au doctorat en sciences infirmières (Montréal, territoire Kanien’kehá ka)

Hélène Rousseau, médecin de famille, professeur adjoint en médecine de famille, Université McGill (Montréal)

Hélène Thériault, psychologue (Boucherville)

Irene Sarasua, Professeure adjointe science inf. (Montréal)

Isabelle Binet M.Ps., Psychologue (Montréal)
Isabelle Brault, travailleuse sociale à la clinique pour personnes migrantes de Médecins du Monde (Montréal)

Isabelle Chotard, médecin au Conseil Cri de la Santé et des Services Sociaux de la Baie James (Wemindji)

Isabelle Collin, infirmière clinicienne (Montréal)

Isabelle Leblanc, médecin de famille, Montréal

Isabelle Malhamé, interniste (Montréal)

Isabelle Paquette, gérontopsychiatre, Hôpital Maisonneuve-Rosemont (Montréal)

Isabelle Savard, infirmière praticienne spécialisée en soins de première ligne (Sainte-Adèle)

Iskra Pirija, médecin de famille (Montréal)

Jaëlle Rivard, infirmière clinicienne, Médecins du Monde Canada (Montréal)

Jack Lam, étudiant en médecine, université McGill (Montréal)

Jamie Carle, RN BScN (Kitigan Zibi)

Janet Cleveland, chercheuse sur la santé et les droits des migrants, Institut universitaire Sherpa (Montréal)

Janique Johnson-Lafleur, anthropologue, chercheuse et étudiante au doctorat en psychiatrie transculturelle (Montréal)

Jasmine El Abboudi, médecin-résidente (Baie-Comeau)

Jaswant Guzder, psychiatre, université McGill (Montréal)

Jean-Luc St-Amour, infirmier clinicien (Montréal)

Jeff Begley, président de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) (Montréal)

Jennifer Turnbull, urgentologue pédiatrique (Montréal)

Jeremy Grushka, Chirurgien et intensiviste, McGill University Health Centre (Montréal)

Jess Friedland, professeure adjointe en psychiatrie, université McGill (Montréal)

Jessica Carmel, infirmière clinicienne et étudiante en médecine à l’Université de Montréal (Montréal)

Jessica Tsounis, Infirmière (Montréal)

Jessika Roy-Desruisseaux, Gérontopsychiatre (Sherbrooke)

Jessyka Boulanger, sage-femme, Chisasibi (Eeyou Istchee)

Jill Hanley, professeure associée à l’École de travail social, université McGill (Montréal)
Joan Glenn, médecin de famille, professeure à la retraite, Faculté de médecine, Université Laval (Québec)
Joanne Abi-Jaoude, étudiante en médecine, Université McGill (Montréal)
Johaness Boudreault-Rousse, Résident en médecine interne (Sherbrooke)
Joanie Tremblay-Pouliot, médecin de famille, Nunavik

Joël Pedneault, Résident en médecine familiale (UMF des Faubourgs), Montréal QC

Johanne Liberge, néphrologue au Centre hospitalier de l’université de Montréal et professeure adjointe (Montréal)

Johanne Morel, pédiatre, Hôpital de Montréal pour enfants, Conseil Cri de la Santé, et Régie de la santé du Nunavik (Montréal)

Jolianne Ottawa, infirmière (Manawan)

Jonathan Spicer, MD PhD FRCS, Professeur adjoint, Chirurgie thoracique (Montréal)
Josiane Pépin, Infirmière clinicienne, clinique de suivi néonatale, Hôpital de Montréal pour enfants (Montréal)
Juan Carlos Chirgwin, médecin de famille, CLSC Parc Extension (Montréal)

Juanita Valeria Hernandez, étudiante en médecine (Québec)

Judy Glass, psychiatre (Montréal)

Julia von Oettingen, endocrinologue pédiatrique, Hôpital de Montréal pour enfants (Montréal)

Julian-Khôi-Huu Nguyen, résident en psychiatrie (Tiohtià:ke)

Julie Cotton, médecin de famille, Clinique Jeunes de la rue, CIUSSS Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal (Montréal)

Julie Ménard, infirmière clinicienne, unité de médecine familiale Notre-Dame (Montréal)

Julie Nadeau-Lessard, pédiatre, Hôpital de Montréal pour Enfants (Montréal)

Julie Roussel, IPSPL (Québec)

Julie Tousignant, Chirurgienne (Saguenay)

Juliette Lemieux-Forget, résidente en médecine familiale (Québec)

Juliette Ugolini-Hamel, étudiante en médecine, Université de Montréal (Montréal)

Justin Richard Ross, médecin de famille, Université McGill (Mistissini)

Justine Renaud, Étudiante en médecine, Université McGill (Montréal)

Kaberi Dasgupta, MD, médecin et professeure de médicine, Centre universitaire de santé McGill (Montréal)

Kalyna Kryworuchko, externe en médecine (Montréal)

Karim Jos, agent administratif. CRDS Montérégie

Karine Falardeau, pédiatre (Longueuil)

Karine Pépin, pédiatre (Montréal)

Karine Perreault, candidate au doctorat en santé publique (Montréal)

Karyne Pelletier, néphrologue (Montréal)

Katerina Syragakis, étudiante en soins infirmiers (Montréal)

Katia Laflamme Psychologue/Neuropsychologue CISSSMO

Katherine Tanguay, étudiante en médecine (Québec)

Kathryn Bareil, étudiante en médecine(Trois-Rivières)

Kent Saylor, Pédiatre, Directeur Indigenous Health Professions Program, Université McGill (Montréal)

Kenzy Abdelhamid, étudiante en médecine, Université McGill (Montréal)

Kevin Schwartzman, médecin et directeur, division de pneumologie, Université McGill (Montréal)

Khadija Benabdallah, acupuncteure à la retraite (Montréal)

Khuê Ly, interniste (Montréal)

Khurram Sher, pathologiste (Montreal)

Kim Lan St-Pierre, médecin de famille (Whapmagoostui)

Kimberley Sancton, médecin de famille (Chisasibi)

Kimberly Munro, médecin de famille (Montréal)

Kimberly Wong, résidente en pédiatrie (Montréal)

Lalita Kaur, MSc(A) soins infirmiers (Montréal)

Latoya Campbell, médecin de famille, Ungava Tulattavik Health Center (Kuujjuaq)

Laura Alexa Angel Moreno, résidente en médecine familiale, Université de Montréal (Montréal)

Lauralee Dufresne-Santerre, Étudiante en médecine (Québec)

Lauréanne Dussault-Desrochers, M.D., graduée en médecine, Université Laval (Québec)

Laurence Genest, médecin de famille (Châteauguay)

Laurence J. Kirmayer, psychiatre et directeur du département Social & Transcultural Psychiatry, professeur à l’université McGill University (Montréal)

Laurence Tanguay Beaudoin, Médecin de famille (Montréal)

Laurent Darveau, médecin résident en psychiatrie, Université de Montréal (Montréal)

Laurie Plotnick, Directrice médicale,Département d’urgence, Hôpital de Montréal pour enfants, Centre Universitaire de Santé McGill (Montréal)

Lavanya Narasiah, médecin de famille, santé publique (Montréal)

Léanne Roncière, étudiante en médecine, Université McGill (Montréal)

Leigh Hoffman, étudiante dans les soins infirmiers (Montréal)

Lianne Kopel, Pneumologue pédiatrique (Montréal)

Lisa Merry, Professeure adjointe, Faculté des sciences infirmières, Université de Montréal (Montréal)

Liz Singh, Streetwork Coordinator at Head & Hands (Montréal)

Lorenz Holbein, résident en médecine familiale (Montréal)

Lorie Fréchette, infirmière clinicienne au GMF-U JR (Châteauguay)

Lorrie L. Marcotte, psychoéducatrice (Montréal)

Louis-Christophe Juteau, médecin de famille (Montréal)

Louise Koclas , pédiatre (Montréal)

Louis-Philippe Boucher, organisateur communautaire CISSSMO, Salaberry de Valleyfield

Luc Robin, Infirmier praticien spécialisé en soins de première ligne (Wendake)

Lucie Nadeau, pédopsychiatre, Université McGill (Montréal, Nunavik)

Lucie-Catherine Ouimet, Inf. Clin., M.Sc., Direction de santé publique du Nunavik (Québec)
Lydia Ould Brahim, infirmière clinicienne, étudiante au doctorat en sciences infirmières, Université McGill (Montréal, territoire Kanien’kehá ka)

Lyna-Nour Hamidi, étudiante en médecine, Université Laval (Montréal)

Lynn Elzir, médecin de famille (Nemaska)

Madeleine Sharp, neurologue, Université McGill (Montréal)

Madhukar Pai, médecin et professeur, School of Population & Global Health, université McGill (Montréal)

Madison Rilling, physicienne médicale clinique (Lévis)

Mai-Anh Le Van, Médecin d’urgence et de famille, professeure adjointe en clinique
Centre Université de Santé McGill (Montréal)

Maïnée Schleret, Étudiante en sciences infirmières (Montréal)

Marc Forget, Médecin (Nunavik)

Marc Steben, médecin, École de santé publique, Université de Montréal (Montréal)

Margaret Berry, pédiatre (Montréal)

Margaret Odell, médecin de famille (Chisasibi, Eeyou Istchee)

Margaux Beauchemin, médecin omnipraticienne (Montréal)

Maria-Gabriela Carrasco-Arcos, infirmière clinicienne, hôpital Notre-Dame (Montréal)

Mariam Naguib, résidente en pédiatrie (Montréal)

Marianne Archambault, étudiante en médecine, Université de Montréal (Montréal)

Marianne Miquelon, médecin de famille et médecin en soins palliatifs (Gatineau)

Marianne Landry, interniste (Montréal)

Marianne Sofronas, infirmière (Montréal)

Marie-Claude Goulet, médecin (Sutton)

Marie-Claude Tremblay, professeure adjointe, département de médecine familiale et de médecine d’urgence, Université Laval (Québec)

Marie-Josée St-Pierre, Psychologue (Montréal)

Marie-Michelle Tremblay, Psychiatre (Sherbrooke)

Marie-Pier Bédard, travailleuse sociale (Haute-Gaspésie)

Marilie Dulude, médecin de famille (Boucherville)

Marie-Lyne Grenier, etudiante au doctorat et chargée de cours en ergothérapie, Université McGill (Montréal)

Marilyn Segal, psychiatre (Montréal)

Marion L’Espérance, chirurgienne générale (Sept-Îles)

Marta Perez Morgui, résidente en pédiatrie du développement (Montréal)

Maria Alexandra Rosca, étudiante en médecine à l’Université de Montréal (Montréal)

Marie Carmen Berlie, médecin de famille, professeure adjointe de clinique, université McGill (Waskaganish, Eeyou Istchee)

Mariève Cyr, Étudiante en médecine, Université McGill (Montréal)

Marie-Louise Daigneault, Résidente en Médecine Familiale (Montréal)

Marie Vincent-Tremblay, Externe en médecine Université de Montréal (Montréal)

Marilyn Morand, étudiante en médecine (Montréal)

Marina Mir Parramon, Fellow en soins intensifs pédiatriques, Hôpital de Montréal pour enfants (Montréal)

Mathilde Dano, étudiante en médecine (Montréal)

Matthew Donlan, pédiatre, Hôpital de Montréal pour enfants (Montréal)

Mathieu Maltais, stagiaire postdoctoral en gérontologie (Sherbrooke)

Mathieu Sirois, Résident en psychiatrie de l’Université de Sherbrooke (Sherbrooke)

Matthieu Storme, pneumologue, hôpital de Joliette (Joliette)

Mathew Hannouche, interniste-intensiviste (Montréal)

Maude Soulières, médecin (Montréal)

Maxence Coulombe, Étudiant année préparatoire de médecine, Université de Montréal (Montréal)

Maxim Bastarache, Résident en médecine de famille, Université de Montréal (Montréal)

Maxime Bhérer, infirmier clinicien, Centre de santé Inuulitsivik (Nunavik)
Maxine Aird, résidente en psychiatrie (Montréal)

Maya-Geneviève Cholette-Tétrault, médecin de famille (Montréal)

Melha Zidani, médecin résidente en psychiatrie, Université de Montréal (Montréal)

Mélissa Michaud, infirmière retraitée (Sainte-Émélie-de-l’Énergie)

Melissa Pickles, psychiatre, Cree Board of Health and Social Services of Bay James (Eeyou Istchee)

Mélissa Richard-Lalonde, infirmière clinicienne et étudiante au doctorat en sciences infirmières à l’Université McGill (Montréal)

Michael Destounis, Médecin résident en psychiatrie (Montréal)

Michael Lefson, médecin de famille (Chisasibi)

Michel Lafleche, urgentologue, hôpital de Hawkesbury et hôpital de Hull (Hull)

Michel Welt, obstétricien-gynécologue (Montréal)

Michèle Mahone, médecin, Centre universitaure de l’université de Montréal (Montréal)

Michelle Cipera, médecin de famille (Gatineau)
Michelle Dumas, Infirmière clinicienne

Michelle Goyal, médecin (Montréal)

Mina Beaulne, Nunavik Integrated Youth and Family services Advisor (Puvirnituq)

Minh Thi Nguyen, médecin résidente en psychiatrie à l’université de Montréal (Montréal)

Minnie Grey, Directrice, Nunavik Regional Board of Health and Social Services (Kuujjuaq)

Mona Qureshi, assistante infirmière chef, pédopsychiatrie, Hôpital général juif (Montréal)

My-Chi Nguyen, étudiante en médecine, Université Laval (Québec)

My Lan Graziani, médecin de famille (Montréal)

Myriam Bellazzi, médecin de famille (Québec)

Myriam Kaszap, infirmière de proximité (Montréal)

Myrill Solaski, Médecin de famille (Waskaganish)

Nadia Waterman, Médecin de famille (Hôpital Chisasibi et Montréal)

Naïla Benchelabi, Étudiante en médecine (Montréal)

Nardin Farag, Étudiante en médecine, Université McGill (Montréal)

Natalie Stake-Doucet, infirmière, présidente de l’Association Québécoise des infirmières et infirmiers (Montréal)

Nathalie Gaucher, urgentiste pédiatre et membre du Bureau de l’ethique clinique, professeure agrégée de clinique, CHU Sainte-Justine, Université de Montréal (Montréal)

Nathalie Jiang, externe en médecine (Montréal)

Nazlie Faridi, médecin (Montréal)

Neil Ingram, Médecin de famille (Chisasibi)

Nicolas Demers, Médecin de famille et chargé d’enseignement clinique, Clinique itinérance, CIUSSS Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal (Montréal)

Nicholas Chadi, pédiatre clinicien-chercheur, CHU Sainte-Justine (Montréal)

Noémie La Haye-Caty, médecin-résidente (Montréal)

Noémie Savard, médecin (Montréal)

Octavian Boitor, infirmier clinicien (Montréal)

Olivia Oxlade, épidémiologiste (Montréal)

Olivia Vincent-Boulay, Médecin (Montréal)

Olivier Godin, Conseiller en maladies infectieuse à la Régie régionale de la santé et services sociaux du Nunavik (Québec)
Oumhani Toubal, médecin (Gatineau)

Paola Moresoli, médecin résidente, université McGill (Montréal)

Pascal Chavannes, médecin résident en psychiatrie (Montréal)

Pascal Dubois, chargé de programmes – santé (Montréal)

Patrick Willemot, spécialiste en médecine interne générale (Montréal)

Patricia Li, pédiatre (Montréal)

Patricia Nadeau, étudiante en médecine (Montréal)

Pauline Tibout, résidente en hématologie et oncologie pédiatrique, CHU Sainte-Justine (Montréal)

Pénélope Boudreault, infirmière, directrice des opérations-Québec, Médecins du Monde Canada (Montréal)

Philippe Huot, neurologue (Montréal)

Pierre Tuinstra, conseiller maladies infectieuses, Régie Régionale de la Santé et des Services Sociaux du Nunavik (Québec)

Rachel Heap-Lalonde, enseignante techniques en travail social (Montréal)

Rachèle Fournier-Noël, médecin de famille/co-directrice médicale GMF du CLSC Hochelaga-Maisonneuve (Montréal)

Raphaëlle Blondin-Gravel, étudiante en médecine, Université de Montréal (Montréal)

Raven Dumont-Maurice, pédiatre autochtone (Montréal)

Rebecca Katsitsohronkwas Boyer, infirmière clinicienne (Kahnawake)

Renée-Anne Patenaude-Blais, Médecin de famille (Montréal)

Renaud Bisson-Terroux, paramédic (Montréal)

Renata Sava, médecin enseignant et médecin de famille (Montréal)

Rimma Orenman, psychiatre, Centre de Santé Tulattavik de l’Ungava

Robert Biskin, Psychiatre, Université McGill (Montréal)

Roberta La Piana, médecin et chercheuse à l’Hôpital Neurologique de Montréal (Montréal)

Roger Gray, médecin de famille (Chisasibi)

Romina Pace, interniste (Montréal)

Romy Kafyeke, Étudiante en médecine (Montréal)

Rosalie Bouchard, Résidente en neurologie (Sherbrooke)

Rosalie Cavin, résidente en endocrinologie pédiatrique (Montréal)

Rosalie Gagnon, médecin résident en psychiatrie, Université Laval (Québec)

Rosalie Mongeau Petitpas, médecin de famille, Clinique communautaire de Pointe Saint-Charles (Montréal)

Roshni Alam, étudiante en médecine (Montréal)

Roxane Beaulieu-Doré, interniste général (Mont-Laurier)

Roxanne Houde, médecin résidente en santé publique (Longueuil)

Runye Gan, médecine interne, Hôpital Anna Laberge (Châteauguay)

Sabrina Dery, médecin de famille (Mont-Laurier)

Sabrina Tran-Jolicoeur, étudiante en médecine, Université Laval (Québec)

Saïdeh Khadir, médecin de famille (Montréal)

Saleem Razack, pédiatre, directeur division des soins critiques pédiatriques, Hôpital de Montréal pour enfants; Directeur, Social Accountability and Community Engagement Office, Université McGill (Montréal)

Samer Salameh, Étudiant en médecine, Université McGill (Montréal)

Samuel Doiron, Résident en médecine interne (Montréal)

Samuel Freeman, pédiatre (Montréal)

Sani J. Karam, Médecin dépanneur, James Bay et Nunavik

Sarah Hanafi, résidente en psychiatrie (Montreal)

Sasha Dyck, infirmier (Montréal)

Scott Weinstein, infirmier (Montréal)

Shannon Salvador, gynéco-oncologue, Hôpital général juif (Montréal)

Shirley Blaichman, Pédiatre (Montréal)

Shirley White Dupuis, Infirmière à la retraite (Kuujjuaq, Nunavik)

Soham Rej, psychiatre, Université McGill (Montréal)

Soledad Delgado, infirmière enregistrée (Ville de Oka)

Sonia Lamontagne, infirmière clinicienne conseillère en maladies infectieuses pour la direction de santé publique de la Régie régionale du Nunavik (Québec)

Sonia Nguyen, médecin (Longueuil)

Sonia Semenic, professeure associée, Ingram School of Nursing, McGill University (Montréal)

Sophie Fournier-Marcoux, étudiante en médecine (Trois-Rivières)

Sophie Mutter, infirmière en rôle élargi (Kuujjuaq, Nunavik)

Sophie Minh-Vi Quach, médecin de famille (Châteauguay)

Stéphane Proulx, psychiatre, chef du service d’urgence psychiatrique de l’hôpital Notre-Dame (Montréal)

Stephanie Krackovitch, obstétricienne (Montréal)

Stéphanie Marsan médecin (Montréal)

Stephanie Totten, étudiante en médecine, Université McGill (Montréal)

Susan Joanne Wang, Étudiante en médecine (Montréal)

Dr. Sushmita Pamidi, Médecin-chercheure (Montréal)
Suzanne Demers, spécialiste en médecine foeto-maternelle (Québec)

Sylvie Chamberland, préposée au retraitement des disposifs médicaux (PRDM) au Centre hospitalier de l’université de Montréal (Montréal)

Sze Ting Chan, infirmière clinicienne (Montréal)

Tanya Girard, résidente médecine interne générale, Université McGill (Montréal)

Tara D’Ignazio, Médecin résidente en médecine interne, Université de Montréal (Montréal)
Teresa Rudkin, MD, CCFP, Médecin de famille (Montréal)

Thalyssia Duflot, étudiante en médecine, Université Laval (Québec)

Thu An Nguyen, médecin (Chisasibi)

Tiffany Verdon, Travailleuse sociale (Montréal)

Tlacaelel Aquino Luna, préposé aux bénéficiaires (Montréal)

Valeria Akim, résidente en gynéco-obstétrique, Université de Montréal (Montréal)

Valerie Lavigne, médecin résident en médecine familiale (Montréal)

Vanessa Legault, agente de planification et programmation (Nunavik)

Vanessa Purcell Lévesque, médecin de famille au CIUSSS Centre-Sud-de-Montréal (Montréal)

Véronique Robert de Massy, Organisatrice communautaire (Lanaudière)

Véronique St-Onge, infirmière hôpital Notre-Dame (Montréal)

Victor De Broux-Leduc, médecin résident en psychiatrie, Université de Montréal, (Montréal)

Victoria Blouin, Présidente, Association des étudiantes et étudiants en médecine de l’Université de Montréal (Montréal)

Vincent Bouchard-Dechêne, interniste à l’hôpital communautaire Notre-Dame (Montréal)

Viviane Phan, médecin de famille (Montérégie-Ouest)

Virginie Vallée Guignard, résidente en médecine (Montréal)

Wenzhen Zuo, Résident en médecine familiale (Montréal)

Wesley Cote, médecin de famille (Misstisini)

William Davidson-Urbain, résident en psychiatrie (Montréal)

Xinyu Ji, étudiante en médecine, Université McGill (Montréal)

Yang Sheng, Médecin de Famille (Montréal)

Yasaman Shayan, Pédiatre urgentologue, CHU Sainte-Justine (Montréal)

Yasmine Ennehas, étudiante en médecine (Montréal)

Yasmine Ratnani, pédiatre (Montréal)

Ziyu Xiao, médecin résident (Montréal)

Zoë Thomas, psychiatre et professeure adjointe, Université McGill (Montréal)

Zola Martin-Lim, externe en médecine, Université Laval (Québec)

Zuzanna Labuda, MD, hôpital Lasalle (Montréal)

Groupes:
FSSS CSN
AQII
IFMSA Qc
Association des étudiantes et étudiants en médecine de l’Université de Montréal
MDM Canada
Table des regroupements provinciaux d’organismes communautaires et bénévoles

 

 

COMMUNIQUÉ: Nouveau ministre, mêmes demandes ! Campagne de solidarité #RAMQpourTLM : plus nécessaire que jamais!

(english below)

Nouveau ministre, mêmes demandes ! Campagne de solidarité #RAMQpourTLM : plus nécessaire que jamais!

 Le 26 avril 2020, le Collectif Soignons la justice sociale (SJS) a envoyé au gouvernement du Québec une lettre (http://www.soignonslajusticesociale.ca/2020/04/26/lettre-ouverte-les-soins-de-sante-pour-toutes-et-tous-les-migrantes/) demandant l’accès immédiat et permanent aux soins de santé pour toute personne résidant dans la province, peu importe son statut d’immigration. La lettre a été signée par plus de 75 groupes de défense des soins de santé, organisations de justice pour les migrant.e.s, organismes communautaires et syndicats. Après plus de deux mois et un large appel, signé par une coalition nationale pour l’accès aux soins de santé et plus de 200 organisations, il n’y a toujours aucune réponse du gouvernement Legault.

Alors que Christian Dubé entame ses fonctions à titre de ministre de la santé et des services sociaux, nous aimerions lui rappeler l’urgence d’étendre la couverture de soins de santé à tout le monde qui habite la province.

Encore aujourd’hui, nous appelons le gouvernement du Québec à suivre l’exemple de l’Ontario en adoptant une politique de « santé pour toutes et tous », qui met fin à la discrimination contre les personnes vivant avec un statut précaire. Tout le monde est essentiel et tout le monde a besoin d’accès à des services dignes et inclusifs. La pandémie de COVID-19 n’est pas terminée et il s’agit d’un impératif de santé publique et de justice sociale. Le 4 juillet, nous marcherons pour demander l’accès aux soins de santé pour tous et toutes au Québec et un programme de régularisation inclusif des personnes vivant au Canada avec un statut précaire.

***

New minister, same demands! #RAMQpourTLM Solidarity Campaign: Everyone is Essential!

On April 26th 2020, the Caring for Social Justice (CSJ) Collective sent a letter (http://www.soignonslajusticesociale.ca/2020/04/26/open-letter-dignified-access-to-health-care-for-the-medically-uninsured/) to the government of Quebec urging it to immediately and permanently ensure access to healthcare for everyone living in the province, regardless of their immigration status. The letter has been signed by over 75 healthcare advocacy groups, migrant-justice and community organizations. More than two months later and after a an urgent demand by a national coalition for healthcare for all and endorsed by over 200 organisations, the Legault government still hasn’t responded.

As Christian Dubé takes over the Health Ministry, we want to remind him of the urgency of expanding heath coverage to everyone living in the province.

Once more, we call on the Quebec government to follow the Ontario example and adopt a “healthcare for all” approach that puts an end to the discrimination against people with precarious status. Everyone is essential and everyone needs access to dignified and inclusive services. The COVID-19 pandemic is not over and this is a public health and social justice imperative. On July 4th, we will march to demand healthcare for all in Quebec and a full and inclusive regularization program for all non-status people in Canada.

****


Collectif Soignons la justice sociale
soignonslajusticesociale@riseup.net
http://www.soignonslajusticesociale.ca/

Twitter: https://twitter.com/collectifsjs
Instagram: https://www.instagram.com/soignonslajusticesociale/
Facebook: https://www.facebook.com/soignonslajusticesociale

Bloc RAMQpourTLM 4 juillet :: July 4th block health care for all

LE 4 JUILLET : REJOIGNEZ NOTRE BLOC « RAMQ POUR TOUT LE MONDE » À LA MARCHE « STATUT POUR TOU-TE-S »  –   ON JULY 4TH : JOIN OUR « HEALTHCARE FOR ALL » BLOCK AT THE STATUS FOR ALL MARCH

 

(English below)

:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

Grande Marche : Un statut pour toutes et tous ! Tout le monde est essentiel !
4 juillet 2020 à 11h
Place Émilie-Gamelin (Métro Berri-UQAM)
https://www.facebook.com/events/216721509367763/
Bloc RAMQ pour tout le monde: https://www.facebook.com/events/216721509367763/
::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

Nous prendrons part à cette marche pour exiger un programme de régularisation inclusif et immédiat et l’accès à des soins de santé dignes pour tou-te-s, peu importe leur statut (sans-papiers, réfugiéEs, étudiantEs étrangerEs, aides familiales, ou travailleurs-euses étrangerEs temporaires).

Nous rejetons le discours de division entre les « bonNEs immigrantEs » (les « anges gardiens » et celles et ceux qu’on appelle des travailleurs-euses essentielLes) et les « autres », excluEs des programmes de régularisation proposés par le gouvernement Trudeau.

En ces temps de pandémie de COVID 19, la solidarité et l’entraide sont plus que jamais nécessaires : personne ne doit être laissé pour compte. Statut pour tou-te-s ! RAMQ pour tou-te-s ! On est fatigué d’être fatigué :https://youtu.be/Qvk2wEttXhU

Accessibilité
* Il y aura de l’eau et des voitures pour le repos
* Pour toutes autres questions d’accessibilité, écrivez-nous (soignonslajusticesociale@riseup.net)

COVID-19
* Dans le contexte de la pandémie, nous demandons aux participantEs de maintenir une distance physique de 2 mètres entre eux et elles
* Nous demandons également aux participantEs  de porter des masques. Les organisateurs et organisatrices auront des masques pour ceux et celles qui n’en ont pas.

**********************************************

::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

Mass Rally and March: Status for all! Everyone is Essential!
July 4th 2020 at 11am
Place Émilie-Gamelin (Berri-UQAM metro station)

https://www.facebook.com/events/216721509367763/

Block for healthcare for all: https://www.facebook.com/events/216721509367763/

::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

We will take part to this march to demand inclusive and immediate regularization and access to dignified healthcare for all, regardless of status (for non-status people, refugee claimants, foreign students, domestic and temporary workers)

We reject the divisive discourse between “good immigrants” (those referred to as “guardian angels” or “essential workers”) and everybody else, who are excluded from the regularization program proposed by the Trudeau government.

Amidst the COVID 19 pandemic, solidarity and mutual aid are more necessary than ever: no one should be left behind. Status for all! Healthcare for all!

 We are tired of being tiredhttps://youtu.be/Qvk2wEttXhU

Accessibility
* There will be water and rest cars available
* For other accessibility questions, please contact us (soignonslajusticesociale@riseup.net)

COVID-19
*In the context of the pandemic, we ask that all participants maintain a physical distance of 2 meters from one another
*We also ask participants who attend the demonstration to wear masks. The organizers will have masks for those who do not have their own.

 

#HealthCare4All Solidarity Campaign: A Call to Action

Pour consulter l’appel à l’action en français, CLIQUEZ ICI

#HealthCare4All #RAMQpourTLM #LeaveNoOneBehind – Solidarity Campaign: A Call to Action

On April 26th 2020, the Caring for Social Justice (CSJ) Collective sent a letter to the government of Quebec demanding immediate and permanent access to dignified healthcare for everyone living in the province, regardless of their immigration status. The letter has been signed by dozens of healthcare advocacy groups, along with migrant-justice, community and union organizations. It is available here, including an updated list of endorsing groups: http://www.soignonslajusticesociale.ca/.

While the government of Ontario has, at least in principle, adopted a “healthcare for all” approach during the COVID-19 pandemic, the government of Quebec has issued vague directives to healthcare institutions to render services only if uninsured people require care related to COVID-19. This is both impracticable and discriminatory. We are aware of non-status individuals being refused care and even being forced to pay for the care they need, despite testing positive for COVID-19 and requiring hospitalization. This approach is absurd and inhumane.

We are now calling on the public to support our campaign and push the government to  act immediately and ensure that everyone living in the province can access dignified healthcare, regardless of immigration status. We are asking individuals and  organizations to take part in the following “social distancing” actions:

 

1) If you have not already done so, please sign our open letter: http://www.soignonslajusticesociale.ca/

2) Post a picture of yourself wearing a face mask, with a message of solidarity written on it, and share widely on social media. Feel free to email us the picture if you’d like us to put it up on our website. Please use the following hashtags: #RAMQpourTLM, #Healthcare4All, and #LeaveNoOneBehind. Make sure to tag us (our social media handles are below) and elected government officials (see below for contact information), as well as provincial public health authorities (many of whom are supportive of Healthcare for All policies). 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

More photos on our photo galery (send us yours to appear there too!) (soignonslajusticesociale@riseup.net): PHOTO GALERY, CLICK HERE

3) Contact elected government officials by phone and email with the basic demand to immediately implement Healthcare for All measures (see below for contact information).

The COVID-19 pandemic is wreaking havoc on the most marginalized communities. Together, let’s put an end to discriminatory healthcare policies and fight for a more just future for everyone.

In solidarity,

The Caring for Social Justice Collective

 

Twitter : https://twitter.com/collectifsjs
Instagram : https://www.instagram.com/soignonslajusticesociale/
Facebook : https://www.facebook.com/soignonslajusticesociale
Website : http://www.soignonslajusticesociale.ca/
Email : soignonslajusticesociale@riseup.net 

Contact information for government officials:

Prime Minister: François Legault
Francois.Legault.ASSO@assnat.qc.ca
418-643-5321 @francoislegault

Minister for Health and Social Services: Danielle McCann
Danielle.McCann.SAGU@assnat.qc.ca
418-266-7171 @MinistreMcCann

Minister for the Elderly and Family Caregivers: Marguerite Blais
marguerite.blais.prev@assnat.qc.ca 
418-266-7191 @Marguerite_CAQ

Deputy Minister for Health and Social Services: Lionel Carmant
Lionel.Carmant.TAIL@assnat.qc.ca
418-266-7171 @CarmantLionel

National Public Health Director and assistant deputy minister: Dr. Horacio Arruda
www.msss.gouv.qc.ca
418-266-6720 @ArrudaHoracio

An example of an email or a phone message:

“This pandemic has shed a brutal light on the flaws of our healthcare system, results of decades of massive disinvestment in public health, social services and primary care. It also exacerbates existing social inequalities, making the most vulnerable – including people without status – even more at risk of contracting COVID-19 and dying from it.

At a time when calls for empathy and cooperation are multiplying, we ask the Government of Quebec to listen. Why not take the example of Ontario, which announced on March 20 that all health care, even those not imputable to the COVID-19 pandemic, would now be insured for those not eligible to a health insurance card.

We demand that the Government of Quebec and the Ministry of Health ensure RAMQ coverage of all health care for everyone residing in Quebec, regardless of their immigration status, immediately and definitively.”

APPEL À L’ACTION-Campagne de solidarité #RAMQpourTLM

For English version, CLICK HERE

#RAMQpourTLM Campagne de solidarité : un appel à l’action 

Le 26 avril 2020, le Collectif Soignons la justice sociale (SJS) a envoyé au gouvernement du Québec une lettre demandant l’accès immédiat et permanent à des soins de santé décents, pour toute personne résidant dans la province, peu importe son statut d’immigration. La lettre a été signée par des douzaines de groupes de défense des soins de santé, par des organisations de justice pour les migrant.e.s,des organismes communautaires et des syndicats. La lettre et une liste mise à jour des groupes signataires est disponible ici : http://www.soignonslajusticesociale.ca/

Tandis que le gouvernement de l’Ontario a adopté (du moins en principe) une approche préconisant des “soins de santé pour toutes et tous” durant la pandémie de COVID-19, le gouvernement du Québec a émis des directives vagues aux établissements de santé. Au Québec, les hôpitaux et cliniques sont invités à seulement soigner les personnes non-assurées qui sont touchées par la COVID-19. Cette directive est à la fois irréaliste et discriminatoire. Nous savons que des personnes sans statut se voient refuser des soins, que certaines sont obligées de payer pour les soins dont elles ont besoin, même celles ayant des résultats positifs au dépistage de la COVID-19 et qui doivent être hospitalisées. Cette approche est absurde et inhumaine.

Nous invitons donc le public à soutenir notre campagne et à inciter le gouvernement à agir immédiatement pour faire en sorte que toute personne habitant la province puisse avoir accès à des soins de santé décents, sans égard au statut d’immigration. Nous demandons aux individus et aux organisations de participer aux actions suivantes, le tout dans un esprit de «distanciation sociale» :

1) Si vous ne l’avez pas encore fait, veuillez signer notre lettre ouverte en CLIQUANT ICI

2) Mettez en ligne une photo de vous portant un masque affichant un message de solidarité, et faites-la circuler sur les médias sociaux. N’hésitez pas à nous envoyer la photo par courriel si vous souhaitez qu’on l’ajoute à notre site web. SVP utiliser les hashtags suivants : #RAMQpourTLM, #Healthcare4All, et #LeaveNoOneBehind. Assurez-vous de nous tagger (nos coordonnées pour les médias sociaux sont ci-dessous), de tagger les représentant.e.s élu.e.s du gouvernement (voir les coordonnées ci-dessous), ainsi que les autorités provinciales de santé publique (dont plusieurs sont déjà en faveur de politiques de santé pour tous et toutes). 

 

 

 

 

 

*Plus de photo sur notre galerie photo #RAMQpourTLM (cliquez pour ouvrir le lien)

3) Rejoignez les représentant.e.s élu.e.s du gouvernement par téléphone et courriel pour leur demander de mettre immédiatement en œuvre les mesures de soins de santé pour toutes et tous (voir les coordonnées ci-dessous).

La pandémie de COVID-19 fait des ravages dans les communautés les plus marginalisées. Ensemble, mettons fin aux politiques de santé discriminatoires et luttons pour un avenir plus juste pour toutes et tous.

En solidarité, 

Le Collectif Soignons la justice sociale 

Twitter : https://twitter.com/collectifsjs
Instagram : https://www.instagram.com/soignonslajusticesociale/
Facebook : https://www.facebook.com/soignonslajusticesociale
Site Web : http://www.soignonslajusticesociale.ca/
Courriel : soignonslajusticesociale@riseup.net 

 

Coordonnées des représentant.e.s élu.e.s du gouvernement :

Premier Ministre : François Legault
Francois.Legault.ASSO@assnat.qc.ca
418-643-5321     @francoislegault

Ministère de la Santé et des Services sociaux : Danielle McCann
ministre@msss.gouv.qc.ca
418-266-7171   @MinistreMcCann

Ministre responsable des Aînés et des Proches aidants : Marguerite Blais
ministre.responsable@msss.gouv.qc.ca
418-266-7191    @Marguerite_CAQ

Ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux : Lionel Carmant
ministre.delegue@msss.gouv.qc.ca
418-266-7171     @CarmantLionel

Directeur national de santé publique et sous-ministre adjoint : Dr. Horacio Arruda
horacio.arruda@msss.gouv.qc.ca
418-266-6720       @ArrudaHoracio

Directrice de santé publique de Montréal : Dre Mylène Drouin
mylene.drouin.ccsmtl@ssss.gouv.qc.ca
514 528-2400         @Santepub_Mtl

 

Modèle de courriel ou de message téléphonique :

« Cette pandémie éclaire brutalement les failles de notre système de santé, qui est le produit de de désinvestissements massifs dans la santé publique, les services sociaux et les soins primaires. La pandémie aggrave également les inégalités sociales existantes, rendant les plus vulnérables et marginalisé.e.s – y compris les personnes sans statut – encore plus à risque de contracter la COVID-19 et d’en mourir.

À l’heure où les appels à l’empathie et à la coopération se multiplient, nous demandons au gouvernement du Québec d’être à l’écoute. Pourquoi ne pas prendre l’exemple de l’Ontario, qui a annoncé le 25 mars dernier que tous les soins de santé, même ceux qui ne sont pas imputables à la pandémie de COVID-19, seront désormais assurés pour les personnes non admissibles à une carte d’assurance maladie.

Nous demandons au gouvernement du Québec et au Ministère de la santé de garantir la couverture immédiatement et définitive par la RAMQ de tous les soins de santé pour toute personne résidant au Québec, sans égard à son statut d’immigration ».

Open letter: Dignified Access to Health Care for the Medically Uninsured

Pour la version de cette lettre en français: CLIQUEZ ICI
To sign this letter as a group or an individual: CLICK HERE

Open letter: Dignified Access to Health Care for the Medically Uninsured

Open letter by the Caring for Social Justice Collective, to the attention of:

Danielle McCann, Minister of Health and Social Services
Marguerite Blais, Minister Responsible for Seniors and Informal Caregivers.
Lionel Carmant, Minister Delegate for Health and Social Services
François Legault, Premier of Quebec

cc. Dr. Horacio Arruda, Assistant Deputy Minister, Director General of Public Health
Dre. Mylène Drouin, Regional Director of Public Health of Montreal

The Government of Quebec recently announced that screenings and health care directly related to COVID-19 will now be covered by the Quebec Health Insurance Plan (RAMQ) for all people currently residing in Quebec, including those not eligible for a RAMQ card. As caregivers and groups defending access to dignified and quality health care for all, we are indignant that other types of health care (not directly related to COVID-19) were not included in this announcement.

If this decision is motivated by a public health approach, it is quite simply doomed to fail. In fact, if the objective is to avoid new outbreaks and to flatten the transmission curve, it is essential to minimize the barriers likely to discourage symptomatic people from seeking health care. This “two-tier” approach is perpetuating a climate of fear which prevents uninsured people, who worry about being charged exorbitant amounts of money or of being deported or detained, from seeking health care. The World Health Organization has been clear on this fundamental point: to face this pandemic, no one can be left behind.

Furthermore, this policy is unenforceable and adds to the work of caregivers on the frontlines. In a context of community transmission of the virus, how can we tell if a person who presents themselves at the emergency room with respiratory symptoms has a disease “related to COVID-19 ”? The priority is to provide care, not to waste precious time and resources in unnecessary and discriminatory bureaucratic gymnastics.

Finally, what message is the government sending to the public with this policy?
Are migrants in Quebec only worthy of access to health care when they suffer from COVID-19, that is to say when “They” present a potential public health problem for “Us,” Quebecers? This discourse perpetuates the notion that migrants are a burden on the health care system, when on the contrary they form an essential pillar of our society. Many of the caregivers – whom the Premier calls “guardian angels” – currently working on the front line are migrants themselves. Not to mention that they are often the ones building our houses, looking after our children, filling the shelves in supermarkets and pharmacies, planting our fruits and vegetables, all while working in difficult and precarious conditions.

This pandemic has shed a brutal light on the flaws of our health care system, a result of decades of massive disinvestment in public health, social services and primary care. It also exacerbates existing social inequalities, making the most vulnerable and marginalized – including people without status – even more at risk of contracting COVID-19 and of dying from it.

However, it has also prompted an admirable collective solidarity, as evidenced by the numerous mutual aid initiatives constantly emerging around us. The past few weeks have shown us that our healthcare system is not an immutable bureaucratic monolith and that change is possible.

In a global context where millions of migrants are being displaced by an economic system from which we benefit, from climatic disasters to which we contribute greatly, from the political and social instability that our governments exacerbate, it is our duty to respond with responsibility and solidarity.

At a time when calls for empathy and cooperation are multiplying, we ask the Government of Quebec to listen. Why not take the example of Ontario, which announced on March 25th that all public health care services would now be insured for those not eligible for a health insurance card, regardless of whether they have COVID-19. Mr. Legault, you talk about the “moral duty” to protect the “most vulnerable”: this directive must include everyone who resides in Quebec.

We demand that the Government of Quebec and the Ministry of Health ensure RAMQ coverage of all healthcare for everyone residing in Quebec, regardless of their immigration status, immediately and definitively.

-The Caring for Social Justice Collective
http://www.soignonslajusticesociale.ca/

To sign this letter as a group or an individual: CLICK HERE

This letter has been endorsed by 286 individuals, including some representing the following groups (latest update May 17 2020):

Alliance des communautés culturelles pour l’égalité dans la santé et les services sociaux (ACCESSS)
Alliance du personnel professionnel et technique de la santé
AlterHéros

Association des groupes d’intervention en défense des droits en santé mentale du Québec (AGIDD-SMQ)
Association des intervenants en dépendance du Québec
Association étudiante en sciences infirmières du Québec (AÉSIQ)
Association multiethnique pour l’intégration des personnes handicapées
Association québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI)
Au coeur de l’enfance
Bridges Not Borders
Carrefour d’éducation populaire de Pointe-Saint-Charles
Centre d’action bénévole de Hull
Centre d’éducation et d’action des femmes de Montréal (CÉAF)

Centre des femmes d’ici et d’ailleurs
Centre des femmes de Longueuil
Centre des femmes solidaires et engagées
Centre ressources pour femmes de Beauport
Clinique communautaire de Pointe-Saint-Charles
Coalition des organismes communautaires québécois de lutte contre le sida (COCQ-SIDA)
Coalition solidarité santé
Collectif “Ensemble avec les personnes migrantes contre le racisme”-Sherbrooke
Collectif Opposé à la Brutalité Policiere (COBP)
Comité des femmes immigrantes de Québec
Comité pour les droits humains en Amérique latine (CDHAL)
Concertation en itinérance Beauharnois-Salaberry-Suroit

Corporation de développement communautaire solidarités Villeray
Ex aequo
Fédération des femmes du Québec (FFQ)
Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN)
Fédération des maisons d’hébergement pour femmes
Fédération du Québec pour le planning des naissances
Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ)

Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) – syndicat des professionnelles en soins de Montérégie Ouest
Femmes de diverses origines/Women of Diverse Origins
Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU)
Guineans United for Status
Head & Hands
Immigrant Workers’ Centre (IWC)
Jeunes médecins pour la santé publique (JMPSP)
Ligue des droits et libertés
McGill School of Social Work
McGill University Global Child Health Program
Médecins québécois pour le régime public (MQRP)
Moelle épinière et motricité Québec
Montréal-Nord Républik
Mouvement d’éducation populaire et d’action communautaire du Québec (MÉPACQ)
Mouvement PHAS (Personnes handicapées pour l’accès aux services)
Pavillon Marguerite de Champlain
Portail VIH/sida du Québec
Projet Accompagnement Solidarité Colombie (PASC)
Regroupement des aidantes et aidants naturels de Montréal (RAANM)
Regroupement de personnes qui exercent la profession d’intervenantes sociales au Québec (RECIFS)
Regroupement des organismes ESPACE du Québec
Regroupement des ressources alternatives en santé mentale du Québec (RRASMQ)
Regroupement intersectoriel des organismes communautaires de Montréal (RIOCM)
Regroupement québécois des intervenants et intervenantes en action communautaire en CISSS et en CIUSSS (RQIIAC)
Réseau d’action des femmes en santé et services sociaux (RAFSSS)
Réseau d’aide aux travailleuses et travailleurs migrants agricoles du Québec (RATTMAQ)

Réseau des tables régionales de groupes de femmes du Québec
Réseau des femmes des Laurentides
Réseau Québecois Action Santé femmes

SINGA Québec

Solidarity Across Borders (SAB)
Solidarités sans frontières-Sherbrooke
South Asian Women’s Community Centre (SAWCC)
Stella, l’amie de Mamie
Table de concertation groupes de femmes Bas-Saint-Laurent
Table de concertation du mouvement des femmes de la Mauricie (TCMFM)
Table des Organismes communautaires Montréalais de lutte contre le sida – TOMS

Table des regroupements provinciaux d’organismes communautaires et bénévoles (TRPOCB)
Table régionale des organismes volontaires d’éducation populaire de Montréal (TROVEP)
The Canadian Centre for Refugee and Immigrant Health Care
The Children’s Without Borders

 

Press review:

Le Devoir: https://www.ledevoir.com/societe/sante/577784/des-soins-factures-a-des-sans-papiers
Radio-Canada: https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1699395/coronavirus-soins-quebec-legault-medecins-monde-covid
CityNews: https://montreal.citynews.ca/video/2020/04/30/undocumented-migrants-in-peril-amid-covid-19/

Lettre ouverte: Les soins de santé pour toutes et tous les migrantEs

Les soins de santé pour toutes et tous les migrantEs: #RAMQpourTLM

For English version of the letter, CLICK HERE
Pour signer la lettre ouverte en tant qu’organisme ou individu: CLIQUEZ ICI

 

Lettre ouverte rédigée par le collectif Soignons la Justice Sociale, à l’attention de:

Marguerite Blais, Ministre responsable des Aînés et des Proches aidants
Lionel Carmant, Ministre Délégué à la santé et aux services sociaux
Danielle McCann, Ministre de la Santé et des Services sociaux
François Legault, Premier ministre du Québec

c.c.
Dr. Horacio Arruda, Sous-ministre adjoint, Directeur général de la santé publique
Dre. Mylène Drouin, Directrice régionale de la santé publique de Montréal

Le gouvernement du Québec a récemment pris la décision que le dépistage et les soins de santé en lien avec la COVID-19 seront désormais couverts par le Régime d’assurance-maladie du Québec (RAMQ) pour toutes les personnes qui résident au Québec, incluant celles non admissibles à une carte RAMQ. En tant que soignantEs et groupes défendant l’accès à des soins de santé dignes et de qualité pour toutes et tous, nous sommes indigné-es par l’exclusion des autres soins de santé (non directement liés à la COVID-19) de cette annonce.

Si cette décision est motivée par une approche de santé publique, elle est tout simplement vouée à l’échec. En effet, si l’objectif est d’éviter de nouvelles éclosions et d’aplatir la courbe de transmission, il est primordial de réduire au maximum les barrières susceptibles de décourager des personnes symptomatiques de consulter. Or, cette approche « à deux vitesses » risque de perpétuer le climat de peur qui empêche les personnes sans assurance médicale de consulter, par crainte de devoir débourser des sommes faramineuses ou d’être déportées ou détenues. L’Organisation mondiale de la santé a été claire sur ce point fondamental : pour faire face à la pandémie, personne ne doit être exclu de l’accès aux soins.

De plus, cette politique est inapplicable et alourdit le travail des soignantEs en première ligne. Dans un contexte de transmission communautaire du virus, comment savoir si une personne qui se présente à l’urgence avec des symptômes respiratoires est atteinte d’une maladie « liée à la COVID-19 »? La priorité est de soigner et non de gaspiller temps et ressources précieuses en acrobaties bureaucratiques inutiles et discriminatoires.

Enfin, quel message le gouvernement envoie-t-il à la population avec cette politique ?
Que les personnes migrantes au Québec ne sont dignes d’accéder aux soins de santé que lorsqu’elles souffrent de la COVID-19, c’est-à-dire présentent un potentiel enjeu de santé publique pour « Nous », les Québécois-es ? Ce discours perpétue la notion que les personnes migrantes sont un fardeau sur le système de santé, alors que celles-ci forment un pilier indispensable de notre société. Nombre de soignantEs – que le Premier ministre appelle « anges-gardiens » – qui sont en première ligne actuellement sont des migrantEs. Sans compter les personnes qui construisent nos maisons, gardent nos enfants, remplissent les tablettes dans les supermarchés et les pharmacies, cueillent nos fruits et légumes, travaillant souvent dans des conditions difficiles et dans la précarité.

Cette pandémie a braqué un éclairage brutal sur les failles de notre système de santé, résultats de décennies de désinvestissements massifs en matière de santé publique, de services sociaux et de soins de première ligne. Elle exacerbe aussi les inégalités sociales déjà existantes, rendant les plus vulnérables et marginaliséEs – dont les personnes sans statut – encore plus à risque de contracter la COVID-19 et d’en décéder.

Mais elle a aussi éveillé une admirable solidarité collective, comme en témoignent les initiatives d’entraide qui se multiplient autour de nous. Les dernières semaines nous ont démontré que notre système de santé n’est pas un monolithe bureaucratique immuable et qu’il est capable de changement.

Dans un contexte mondial où des millions de personnes migrantes sont déplacées par un système économique dont nous profitons, des catastrophes climatiques auxquelles nous contribuons grandement, de l’instabilité politique et sociale que nos gouvernements exacerbent, il est de notre responsabilité de répondre avec responsabilité et solidarité.

À l’heure où les appels à l’empathie et à la coopération se multiplient, nous demandons au gouvernement du Québec d’être à l’écoute. Pourquoi ne pas prendre l’exemple de l’Ontario, qui a annoncé le 25 mars dernier que tous les soins de santé, peu importe s’ils sont directement liés à la pandémie de la COVID-19, seraient désormais assurés pour ceux et celles qui ne remplissent pas les critères provinciaux pour détenir une carte d’assurance maladie? M. Legault, vous parlez du “devoir moral” de protéger les « plus vulnérables » : cela inclut tout le monde qui réside sur le territoire québécois.

Nous exigeons que le Gouvernement du Québec et le Ministère de la Santé s’engagent à couvrir l’ensemble des soins de santé pour toutes les personnes qui résident sur le territoire du Québec, indépendamment de leur statut migratoire, et ce immédiatement et de manière définitive.

-Le collectif Soignons la Justice Sociale
http://www.soignonslajusticesociale.ca/

Cette lettre est endossée par 286 signataires, incluant les groupes suivants (mise à jour le 17 mai 2020):

Alliance des communautés culturelles pour l’égalité dans la santé et les services sociaux (ACCESSS)
Alliance du personnel professionnel et technique de la santé
AlterHéros

Association des groupes d’intervention en défense des droits en santé mentale du Québec (AGIDD-SMQ)
Association des intervenants en dépendance du Québec
Association étudiante en sciences infirmières du Québec (AÉSIQ)
Association multiethnique pour l’intégration des personnes handicapées
Association québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI)
Au coeur de l’enfance
Bridges Not Borders
Carrefour d’éducation populaire de Pointe-Saint-Charles
Centre d’action bénévole de Hull
Centre d’éducation et d’action des femmes de Montréal (CÉAF)

Centre des femmes d’ici et d’ailleurs
Centre des femmes de Longueuil
Centre des femmes solidaires et engagées
Centre ressources pour femmes de Beauport
Clinique communautaire de Pointe-Saint-Charles
Coalition des organismes communautaires québécois de lutte contre le sida (COCQ-SIDA)
Coalition solidarité santé
Collectif “Ensemble avec les personnes migrantes contre le racisme”-Sherbrooke
Collectif Opposé à la Brutalité Policiere (COBP)
Comité des femmes immigrantes de Québec
Comité pour les droits humains en Amérique latine (CDHAL)
Concertation en itinérance Beauharnois-Salaberry-Suroit

Corporation de développement communautaire solidarités Villeray
Ex aequo
Fédération des femmes du Québec (FFQ)
Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN)
Fédération des maisons d’hébergement pour femmes
Fédération du Québec pour le planning des naissances
Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ)

Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) – syndicat des professionnelles en soins de Montérégie Ouest
Femmes de diverses origines/Women of Diverse Origins
Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU)
Guineans United for Status
Head & Hands
Immigrant Workers’ Centre (IWC)
Jeunes médecins pour la santé publique (JMPSP)
Ligue des droits et libertés
McGill School of Social Work
McGill University Global Child Health Program
Médecins québécois pour le régime public (MQRP)
Moelle épinière et motricité Québec
Montréal-Nord Républik
Mouvement d’éducation populaire et d’action communautaire du Québec (MÉPACQ)
Mouvement PHAS (Personnes handicapées pour l’accès aux services)
Pavillon Marguerite de Champlain
Portail VIH/sida du Québec
Projet Accompagnement Solidarité Colombie (PASC)
Regroupement des aidantes et aidants naturels de Montréal (RAANM)
Regroupement de personnes qui exercent la profession d’intervenantes sociales au Québec (RECIFS)
Regroupement des organismes ESPACE du Québec
Regroupement des ressources alternatives en santé mentale du Québec (RRASMQ)
Regroupement intersectoriel des organismes communautaires de Montréal (RIOCM)
Regroupement québécois des intervenants et intervenantes en action communautaire en CISSS et en CIUSSS (RQIIAC)
Réseau d’action des femmes en santé et services sociaux (RAFSSS)
Réseau d’aide aux travailleuses et travailleurs migrants agricoles du Québec (RATTMAQ)

Réseau des tables régionales de groupes de femmes du Québec
Réseau des femmes des Laurentides
Réseau Québecois Action Santé femmes

SINGA Québec

Solidarity Across Borders (SAB)
Solidarités sans frontières-Sherbrooke
South Asian Women’s Community Centre (SAWCC)
Stella, l’amie de Mamie
Table de concertation groupes de femmes Bas-Saint-Laurent
Table de concertation du mouvement des femmes de la Mauricie (TCMFM)
Table des Organismes communautaires Montréalais de lutte contre le sida – TOMS

Table des regroupements provinciaux d’organismes communautaires et bénévoles (TRPOCB)
Table régionale des organismes volontaires d’éducation populaire de Montréal (TROVEP)
The Canadian Centre for Refugee and Immigrant Health Care
The Children’s Without Borders

 

Pour signer la lettre ouverte en tant qu’organisme ou individu: CLIQUEZ ICI

Revue de presse:

Le Devoir: https://www.ledevoir.com/societe/sante/577784/des-soins-factures-a-des-sans-papiers
Radio-Canada: https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1699395/coronavirus-soins-quebec-legault-medecins-monde-covid
CityNews: https://montreal.citynews.ca/video/2020/04/30/undocumented-migrants-in-peril-amid-covid-19/